Du stagiaire chinois au missionnaire de la compagnie de Jésus

Laisser un commentaire

En ces temps durs pour le petit stagiaire chinois, allons voyager du côté de sa grande contrée… en septembre 1712 pour une page d’Histoire qui n’est pas méconnue. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Pour voir la lettre dans son intégralité, vous pouvez consulter les pages 131 à 176 du dixième tome des « Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étrangères ». Y sont exposés l’Histoire, les techniques de réalisations, la descriptions des manufactures de porcelaine. Le père d’Entrecolles dévoile à la page 141 le secret de la porcelaine que l’Europe cherche à percer depuis des siècles, le kao-lin, qui lui donne blancheur, dureté et translucidité.

Si Li Li, la stagiaire chinoise la plus connue de France pour son implication dans l’affaire Valéo ne fait pas l’objet d’une page Wikipédia, le père d’Entrecolles a quant à lui les honneurs de la version chinoise. Il semble que 300 ans après, les chinois n’aient pas oublié, on peut même sentir une pointe de rancœur par exemple dans cet article qui dénonce la contrefaçon de moindre qualité de la porcelaine fabriquée à l’extérieur de leurs frontières.

Laisser un commentaire