La tentative de désinformation maladroite du Parti Socialiste 92

Laisser un commentaire

464652_36349804

Nous assistons depuis quelques jours à la fronde des « poussins », auto-entrepreneurs furieux face au projet de loi tel qu’il est esquissé depuis le 10 avril dernier par Sylvia Pinel [1], ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme, qui vise à limiter à deux ans leur activité si elle est pratiquée à titre principale.

Cette décision n’a pas été comprise car elle va à l’encontre des préconisations du rapport que Sylvia Pinel (et 5 autres ministres) a elle-même commandée à l’Inspection Générale des Finances et à l’Inspection Générale des Affaires Sociales.

Voici le rapport, la conclusion est à la page 64 :

Notons également la dixième recommandation des vingt-huit que compte le rapport :
« Ne pas limiter dans la durée le bénéfice du régime et ne pas modifier les règles de radiations du régime. »

——–

Même si un rapport à la poubelle est la règle plus que l’exception, pourquoi ce positionnement ?

–    Différents lobbys des métiers du bâtiment et de l’artisanat (UPA, APCMA, FFB) proposent l’exclusion de leurs professions du régime pour concurrence excessive aux travailleurs indépendants. La CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) proposait dans le rapport de limiter la durée du régime à un an, à défaut d’une exclusion du régime.
Ces lobbys militent donc pour la sortie du régime et non pas sa destruction. Il semble donc qu’ils n’exercent pas d’influence sur la décision de la ministre mais qu’ils soient utilisés pour attaquer le régime en général. C’est une manœuvre qui permet de flatter ces lobbys (qui semblent avoir beaucoup d’égards et d’écoute) tout en enfonçant le régime. C’est habile car le gouvernement gagne sur les deux tableaux.

–    Par dogmatisme et positionnement politique, le Parti Socialiste est contre l’auto-entreprise depuis le début notamment en votant contre la loi de modernisation de l’économie et le régime de l’auto-entrepreneur en 2008. Une compilation du positionnement du PS (et de François Hollande) se trouve sur cette page [2].
Dans ce contexte, il est fort probable que Sylvia Pinel qui n’a jamais réussie à exister depuis un an ait été utilisée comme fusible pour tester l’opinion [3].

——–

Ce qui est relativement incompréhensible à cette étape, c’est pourquoi commander un rapport qui risque éventuellement de les mettre en porte-à-faux face à une décision qu’ils avaient de toute façon déjà prise par dogmatisme ?
C’était plus simple de ne pas commander de rapport et de décider…

Les choses se sont accélérées depuis jeudi dernier avec une forte mobilisation des opposants sur les réseaux sociaux, un relai dans les médias traditionnels [4]  et une pétition en ligne qui a reçu plus de 55 000 signatures [5]  en moins de 3 jours.
Face à cette contestation naissante mais motivée, le gouvernement marque le pas et vendredi, le premier ministre Jean-Marc Ayrault assure que seuls les auto-entrepreneurs du secteur du bâtiment devront opter pour un statut d’entreprise classique si leur activité est viable au bout de deux ans.

——–

Fin de l’affaire ?

Il serait naïf de le penser. Comme nous l’avons vu, c’est une entreprise de destruction dogmatique donc irrationnelle. C’est plus un pas de côté qu’un pas en arrière et en voici un indice :

Le secrétariat fédéral au développement économique et à l’économie sociale et solidaire de la fédération des Hauts-de-Seine du Parti Socialiste publie sur son compte Twitter le 1ier juin (soit le lendemain de la déclaration du premier ministre Jean-Marc Ayrault) ceci :

auto-entrepreneurs victimes d’abus de précarité ou de salariat dissimulé de la part d’un donneur d’ordre, témoignez mail ps92eco@gmail.com

— PS92 Economie (@PS92eco) 1 juin 2013

Pour rappel, une étude de la direction de la compétitivité (DGCIS) évalue de 1% à 2% des 900 000 auto-entrepreneurs – soit 9000 à 18 000 personnes [6] – les emplois déguisés. Sous réserve bien sûr des personnes qui se taisent de peur de perdre leur source de revenu. Mais même en doublant ou en triplant par précaution ces chiffres, cela resterait marginal.

——–

Pourquoi ce tweet ?

Pour trouver quelques-unes de ces personnes et leur tendre un micro pour leur fournir une couverture médiatique forte afin que ces 1% ou 2% deviennent 50% dans l’esprit du public.
En communication, l’important n’est pas ce qui est mais ce qui se croit.

Ce tweet est maladroit à double-titre :
– il confirme que la volonté du gouvernement de couler le régime de l’auto-entreprise n’est pas entamée ;
– il confirme aussi les chiffres cités plus haut. C’est un aveu que ces emplois déguisés ne courent pas les rues puisqu’ils sont obligés de publier des petites annonces sur Twitter pour en trouver.

——–

En conclusion, il faut rester mobilisé car ce n’est pas fini.
Signez la pétition
si ce n’est déjà fait et faites-la signer par vos proches (http://defensepoussins.fr/), restez actifs sur les réseaux sociaux, échangez avec les journalistes qui s’y trouvent, écrivez à votre député (un modèle trouvé sur Facebook avec tous les arguments est en dessous de cet article), parlez autour de vous, à vos élus locaux, etc…

P.S. : A l’ instant où je finis cet article, Sylvia Pinel vient de corriger son patron et confirme que le bâtiment ne sera pas le seul secteur concerné [7].

[1]http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202695089480-regime-des-auto-entrepreneurs-vers-une-limitation-d-activite-a-5-ans-au-maximum-556911.php
[2]http://www.reponsesolidaire.fr/actualites-diverses/88-francois-hollande-et-lauto-entrepreneur
[3]http://www.challenges.fr/economie/20130531.CHA0216/sylvia-pinel-l-inconnue-propulsee-sur-le-devant-de-la-scene.html
[4]http://www.lepoint.fr/economie/les-poussins-ont-la-cote-sur-le-web-31-05-2013-1675184_28.php
[5] http://defensepoussins.fr/
[6]http://www.lefigaro.fr/emploi/2013/06/01/09005-20130601ARTFIG00284-certaines-entreprises-abusent-du-statut-d-autoentrepreneur.php?page=&pagination=3
[7]http://lelab.europe1.fr/t/autoentrepreneurs-sylvia-pinel-la-ministre-deleguee-qui-corrige-jean-marc-ayrault-9407

Modèle de lettre

Madame la Députée,

Dans un communiqué de presse diffusé le 23 mai dernier, Sylvia Pinel, Ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme, indique vouloir procéder à une réforme du régime auto-entrepreneur à la rentrée prochaine, en procédant notamment à une limitation de la durée à 2 années d’exercice pour celles et ceux qui en font leur activité principale.

Mis en place en 2009, le régime de l’auto-entrepreneur est une simplification du régime de la micro-entreprise qui permet à toute personne physique de créer une activité professionnelle légale, qu’il s’agisse d’artisanat, de commerce ou de service. Les démarches administratives et fiscales sont simplifiées et peuvent se faire intégralement en ligne. Un guichet unique appelé CFE centralise l’ensemble des cotisations sociales, qui sont prélevées forfaitairement sur la base du chiffre d’affaires (CA) déclaré, sans régularisation ultérieure. Les obligations comptables sont simplifiées, et le système fonctionne en franchise de TVA. En fonction de ses revenus, il est également possible d’opter pour un impôt forfaitaire prélevé à la base. En contrepartie de cet effort de simplification, le CA annuel est limité et il n’est pas possible de procéder à la déduction des charges. De ce fait, le régime est plutôt adapté à des activités générant des niveaux de recettes modestes et n’ayant pas recours à de l’investissement ou à des niveaux de charges élevées.

Cette formule est incontestablement un succès : on dénombre plus de 1,3 million d’inscriptions depuis la mise en place du régime, et 840 000 auto-entreprises était actives fin 2012. Fait important, 37% des auto-entrepreneurs sont des femmes, soit beaucoup plus que dans le monde classique de l’entreprise. En cumulé, plus de 5,6 milliards d’euros de CA ont été déclarés en 2012, et près d’un milliard d’euros de cotisations sociales a été versé à l’Etat et aux organismes sociaux.

Devant l’ampleur du mouvement, il paraissait légitime de faire le point. C’est ce qu’a fait le gouvernement : il a commandé en octobre 2012 à l’IGAS, Inspection générale des affaires sociales, et à l’IGF, Inspection générale des finances, un rapport complet d’évaluation du régime auto-entrepreneur. Après six mois de travail, les conclusions ont été présentées aux six ministres commanditaires en avril dernier dans un volumineux rapport de 300 pages. De nombreuses pistes de réflexion sont proposées, comme l’amélioration de l’accompagnement, la diffusion d’une plus vaste information sur les droits et devoirs des auto-entrepreneurs, l’amélioration du suivi statistique, etc.

Plus spécifiquement, le rapport recommande de préserver l’environnement juridique, social et fiscal du régime de l’auto-entrepreneur, de façon à stabiliser le cadre réglementaire, et en particulier de ne pas instaurer de limitation dans la durée ni d’exclure certaines activités. Pourtant, et de façon surprenante, Sylvia Pinel a annoncé dernièrement son intention de limiter à 2 ans la durée de vie d’une auto-entreprise en activité principale. Cette mesure est, à mon sens, une erreur qui aura de nombreuses conséquences. Parmi les plus importantes :

• elle pénalisera les femmes au foyer, les étudiants, les retraités, les demandeurs d’emploi, et plus généralement tous les entrepreneurs individuels qui se satisfont du régime tel qu’il existe aujourd’hui en tant qu’activité principale, avec ses points forts et ses limites

• elle placera une épée de Damoclès au-dessus de toutes celles et tous ceux qui souhaiteront se lancer dans la création d’une activité professionnelle, demandeurs d’emploi inclus, en les contraignant à réussir au bout de 24 mois ou à abandonner en redevenant à la charge de la société pour les plus modestes

• elle fera revenir sur le devant de la scène des activités non déclarées, dite de « l’économie informelle », baissant de fait les rentrées fiscales de l’Etat, dans une période de crise où chaque euro compte

• plus généralement, elle enverra un signal négatif à toutes les Françaises et tous les Français (ainsi qu’à nos partenaires européens) en imposant une vision limitée, contrainte, complexifiée de la liberté d’entreprendre, alors que de nombreux économistes de tous bords recommandent précisément de simplifier, d’ouvrir, en un mot, de donner confiance et envie de créer

Cette limitation me semble aller totalement dans le sens inverse de la volonté du Président de la République et du gouvernement de libérer les énergies afin de favoriser l’entrepreneuriat, stabiliser puis inverser la courbe du chômage, diminuer au passage le poids du déficit public, et, in fine, relancer la croissance dans notre pays. En effet, et de façon claire, 75% des auto-entrepreneurs reconnaissent qu’ils ne se seraient pas lancés sans l’existence de ce régime.

Plus grave, la ministre Sylvia Pinel indique dans le communiqué qu’elle a souhaité « réconcilier les entrepreneurs entre eux ». En lisant entre les lignes, on comprend que certaines fédérations d’artisans, notamment du bâtiment (CAPEB, APCMA, FFB), sont très critiques vis-à-vis du régime auto-entrepreneur car il s’agirait d’une concurrence sérieuse et déloyale. Le rapport de l’IGAS et de l’IGF est clair sur le sujet : si concurrence il y a, elle est « résiduelle », et les activités des auto-entrepreneurs sont « complémentaires » plutôt que « redondantes » à celles des autres professionnels. Concernant l’aspect déloyal, ce n’est pas vraiment confirmé par l’Ordre des Experts-Comptables qui a procédé à des simulations de cotisations sociales et de gestion de TVA entre différents régimes.

Pour diminuer les écarts et tenter d’apaiser la situation, les taux de cotisations sociales des auto-entreprises ont été relevés depuis le 1er janvier 2013 ; ils sont désormais très similaires aux régimes classiques. Cela n’a semble-t-il pas suffi, puisque les fédérations d’artisans exigent désormais de pouvoir bénéficier des simplifications réservées aux auto-entrepreneurs… sans en subir les désagréments, bien entendu (et ils existent car ils sont inhérents au régime — pour rappel : aucune déduction de charges, pas de récupération de TVA, limite de CA annuel, cotisations sur la base du CA total et non du bénéfice net).

Comme vous le voyez, la réforme envisagée par Sylvia Pinel est donc un mauvais procès fait à l’auto-entreprise qui risque fort de ne faire que des mécontents :

• elle entravera la capacité d’entreprendre de centaines de milliers de Françaises et de Français, qui, pour l’essentiel (toujours selon l’IGAS et l’IGF dont on ne peut que difficilement douter du sérieux), ne font pas vraiment d’ombre aux autres professionnels, et qui cherchent à vivre de leur activité légalement et sans aide particulière

• elle ne résoudra pas les problèmes de fond des artisans et des petits commerçants (niveau élevé de charges sociales, concurrence des anciens pays de l’Est, crise financière, baisse de l’activité)

• enfin, et de façon plus pragmatique, elle impactera les élu-e-s de la majorité présidentielle qui ont davantage à y perdre qu’à y gagner : artisans et commerçants ne seront sans doute pas davantage séduits qu’auparavant par les décisions d’une ministre de gauche, mais un nombre potentiellement élevé d’auto-entrepreneurs risque fort de perdre confiance dans les idées socialistes… et il y en a plus de 800 000 !

Pour toutes les raisons exposées ci-dessus, je souhaiterais vivement que vous soyez convaincue de l’absence de bien fondé de cette limitation dans le temps du régime auto-entrepreneur, et que vous puissiez relayer le message auprès de vos collègues député(e)s afin de ne pas mettre en œuvre cette réforme dans son état actuel.

Je vous remercie vivement pour votre intérêt sur le sujet.

Veuillez agréer, Madame la Députée, l’assurance de ma parfaite considération.

Laisser un commentaire