Dernier billet

Blended Ops et Raw Intelligence, histoire d’élargir son vocabulaire

Les néologismes peuvent parfois n’être qu’un nouveau vernis sur de vieux concepts. Mais même s’ils réinventent la roue, ils peuvent tout de même mettre en lumière un nouveau contexte, une nouvelle façon d’aborder ces concepts. C’est le cas ici.

L’Office fédéral de protection de la constitution (en allemand Bundesamt für Verfassungsschutz : BfV) est un service de renseignements exerçant son activité sur le territoire national, dont la mission essentielle est de surveiller les activités contraires (extrémistes ou hostiles) à la constitution de la République fédérale d’Allemagne.

Il a 3 missions:
– L’obtention et la valorisation du renseignement (principalement de sources ouvertes).
– Le contre-espionnage (politique, industriel et militaire).
– La protection des informations confidentielles (détenues par l’Etat ou par des entreprises industrielles travaillant pour son compte).

Chaque année, il publie un rapport de la protection de la Constitution (Verfassungsschutz­bericht) qui fournit des informations sur la nature et l’ampleur des menaces, sur les organisations et les groupes hostiles, ainsi que sur les activités d’espionnage contre l’Allemagne.

Dans l’édition publiée en été 2018, on peut y lire page 267 (traduction):

« Au cours de la numérisation de la société, l’importance de l’acquisition d’informations d’origines techniques n’a cessé de croître. En plus de l’espionnage, les cyber-attaques peuvent également être utilisées à des fins de sabotage : Ce danger s’applique en particulier aux infrastructures dites critiques. L’efficacité croissante de l’espionnage numérique, cependant, ne s’accompagne pas d’une perte d’importance des sources humaines.
Au contraire, ces possibilités d’obtenir des informations se complètent mutuellement et augmentent ainsi le danger potentiel. Les victimes potentielles doivent donc non seulement protéger leurs biens des tentatives d’espionnage externe, mais aussi des employés déloyaux qui sont recrutés, font l’objet de chantage ou même sont délibérément introduits clandestinement par des services de renseignement étrangers à ces fins. »

Le rapport donne l’exemple des agences de renseignement chinoises qui utilisent LinkedIn pour recruter à grande échelle des informateurs et des agents. Un premier contact en ligne suivi d’une invitation à venir en Chine.

Cette combinaison des sources humaines et techniques est appelée en anglais « Blended Ops » (Opérations mixtes). (suite…)